Quantum Global Research Lab présente son indice de l’investissement en Afrique aux acteurs économiques du pays

News 4 October 2017

4 Octobre 2017, Ebène, Maurice – Où et dans quels secteurs investir en Afrique ? Ce sont là les questions auxquelles l’Africa Investment Index, conçu par le Quantum Global Research Lab, tente de répondre. Cet outil, déjà adopté par plusieurs pays du continent, a fait l’objet, le mardi 3 octobre 2017, d’une présentation aux acteurs économiques du pays, dont les représentants du Board of Investment. Le séminaire, qui s’est tenu au Hennessy Park Hotel, à Ebène, était animé par le Professeur Mithuli Ncube, directeur général et responsable de la recherche au Quantum Global Research Lab. L’événement a été suivi d’une table ronde qui a réuni divers partenaires du monde de l’investissement à Maurice.

Si l’Afrique présente de plus en plus d’attraits aux yeux des investisseurs étrangers, il n’est pas toujours évident de jauger la pertinence des destinations d’investissement du continent. Le Quantum Global Research Lab, qui fait partie du Quantum Global Group basé en Suisse, a ainsi défini des paramètres qui démontrent clairement les attraits de chacun des 54 pays du continent, mais qui mettent également en évidence leurs faiblesses et les risques qu’ils présentent.

L’Africa Investment Index (AII), qui se veut avant tout un outil pour les investissements sur les court et moyen termes, repose sur certains éléments vitaux d’une économie : la croissance, les risques, le climat des affaires, la démographie et le capital social, ce dernier élément comprenant la pénétration du réseau social Facebook dans les pays concernés. L’objectif principal de l’AII est d’identifier les destinations d’investissements les plus attrayantes de l’Afrique et de les classer en conséquence. Les analystes se basent sur une série de critères spécifiques pouvant contribuer à ou affecter l’investissement étranger sur le continent.

Pour les investisseurs, il s’agit d’un outil permettant d’identifier les destinations les plus performantes du continent. De plus, il peut se révéler utile aux décideurs pour adopter ou modifier des stratégies afin de mieux attirer les investissements étrangers, et de mieux jauger la performance de leur pays respectif.

« Il est aujourd’hui vital de savoir où on investit et dans quoi. Même si le continent semble avoir maintenu un bon niveau d’investissement direct étranger au cours des cinq dernières années, la remontée des économies ayant souffert de la crise de 2008 risque de freiner l’ardeur des investisseurs pour les continents, d’autant plus que l’Afrique souffre souvent de perceptions basées sur des informations erronées. Or, l’indice de l’investissement que nous avons développé au Quantum Global Research Lab permet justement d’avoir une image claire et précise de la situation économique de chaque pays, de leurs attraits et des obstacles que l’on peut y rencontrer. Pour établir ce classement, nous nous basons sur des données empiriques vérifiées et sur les stratégies des gouvernements des pays concernés », a fait ressortir le Pr Ncube dans son intervention au séminaire.

Lors du séminaire de mardi, plusieurs participants, dont Vinay Guddye, Head of Outward Investment, au Board of Investment, ont animé une table ronde pour discuter des avantages d’un outil tel l’AII. « L’African Investment Index vient s’ajouter à une liste grandissante d’indices de performance. Il nous permet de jauger les pays face à d’autres classements, comme celui d’EY ou du Forum économique mondial. La dernière édition de l’AII met en évidence plusieurs facteurs, dont le ratio de la dette, qui reste élevé pour Maurice. Nous devons ainsi, pour pérenniser la performance économique du pays, restructurer la dette publique et favoriser le financement de projets nationaux à travers les services financiers du pays. Cependant, l’AII devrait aussi contextualiser les facteurs utilisés afin d’avoir un instrument qui jauge le potentiel sur le long terme », a souligné Vinay Guddye.

Les participants au séminaire de mardi représentaient plusieurs secteurs de l’activité économique mauricienne, dont des responsables d’entreprises et des juristes, à l’instar de Me Marc Hein, fondateur et président du cabinet Jurisconsult.

L’AII 2017, qui a été publié en avril dernier, classe le Botswana et le Maroc en pole position des destinations d’investissement du continent. Maurice se retrouve, pour sa part, à la 16e place, mais devance un des géants africains, le Nigeria, qui se classe 19e. Le pays demeure en outre une passerelle importante pour l’investissement dans les pays de la région.

Le Top 10 de l’AII 2017 comprend aussi des économies émergentes du continent comme la Zambie, la Namibie et le Burkina Faso. En 2015, l’Afrique, dans son ensemble, avait attiré quelque 53,6 milliards de dollars en termes d’investissements directs étrangers.

 

À propos du Quantum Global Research Lab

Le Quantum Global Research Lab fait partie du Quantum Global Group, basé en Suisse et fondé par Jean-Claude Bastos de Morais. Le Quantum Global Research Lab est un partenaire de recherche indépendant pour l’Afrique. Sa mission est de diriger l’innovation et l’excellence dans la mise en place de modèles économétriques ascendants des économies africaines intégrés aux réalités africaines. Depuis trois ans, le groupe dispose d’un bureau régional à Maurice qui emploie quelque 25 personnes.

Media enquiries:
Phone: + 41 41 560 2900
Email: media@quantumglobalgroup.com